moncarrerouge

The greatest WordPress.com site in all the land!

La brise du printemps a fini de s’acharner.

La brise du printemps a fini de s’acharner. Les vagues viennent mourir contre nos corps. Droits, raidis par la peur, par le désir. Ils ne bronchent pas. Ils ne s’essoufflent jamais. Seulement le son de leur voix qui éclate sur les murs, laissant derrière elle le rougeâtre des briques s’étendre sur le pavé. 

Le soleil qui vient mourir au-dessus des toits

Le soleil qui vient mourir au-dessus des toits banlieusards. Et le froid, le froid qui me pénètre les viscères sans demander la permission. Comme toi qui s’est incrustée dans ma vie sans demander. Toi qui me tords l’estomac à tous les regards. J’ai le vertige. La neige me rappelle tes yeux. Elle est froide et magnifique dans toute sa simplicité. Elle réchauffe les cœurs, comme toi tu réchauffes les âmes avec la délicatesse de tes mots, avec la douceur de ta voix. Je m’imagine encore, assise devant toi, te regardant te tenir là, grande et droite, livre à la main, savourant chaque page, dégustant chaque phrase. 

Ta montre qui repose sur le coin du

Ta montre qui repose sur le coin du bureau. Le soleil qui embrasse délicatement ta peau. Le temps s’est arrêté, les gens ont cessé d’exister. J’ai envie de retenir mon souffle pour ne pas déranger ta beauté. Et toi qui se tiens là, comme la dernière fleur sur terre qu’on a envie de respirer, de s’imprégner. 

Seul devant toiQue le rouge du printemps n’apparaissait

Seul devant toi

Que le rouge du printemps n’apparaissait pas comme une défaite

Ou une victoire éphémère au goût amer

Seule devant nous

Là où tu n’aurais pas pu mieux te tenir

Droite et gauche

À nous armer d’intelligence

Le parfum des armes ultimes

Je me rappelle ta voix prenante

Pesant chaque mot s’imprégnant dans tout mon être

Comme le tintement du son de la justice qui jadis a sillonné les rues de Montréal

policja faszystowskie świnie

Travaille, consomme et ferme ta gueule.

Video Caption

Six moi de grève.

Je me dois de partager ce vidéo ici. Il résume chaque moment fort de ce mouvement, l’éveil d’un peuple.

Grève générale illimitée.

22 septembre 2012 ImageImageImageImage

4 septembre 2012  ImageImage

22 août 2012 ImageImage

22 juillet 2012 ImageImageImageImageImageImageImage

24 juin 2012 Image

22 juin 2012 ImageImage

15 juin 2012 ImageImage

14 juin 2012 Image

13 juin 2012 ImageImageImage

11 juin 2012 Image

8 juin 2012 Image

29 mai 2012 ImageImage

27 mai 2012 Image

22 mai 2012 ImageImageImageImage

ImageImageImageImage

21 mai 2012 Image

16 mai 2012 Image

15 mai 2012 Image

9 mai 2012 Image

7 mai 2012 ImageImageImageImageImage

5 mai 2012 ImageImage

3 mai 2012 ImageImageImageImage

1er mai 2012 ImageImageImageImageImageImageImageImage

28 avril 2012 ImageImageImage

25 avril 2012 ImageImageImage

22 avril 2012 ImageImageImage

19 avril 2012 ImageImageImageImageImageImageImage

18 avril 2012 ImageImageImage

14 avril 2012 ImageImageImageImage

12 avril 2012 Image

11 avril 2012 ImageImage

9 avril 2012 ImageImage

30 mars 2012 ImageImageImage

28 mars 2012 Image

27 mars 2012 ImageImage

22 mars 2012 Image

29 février 2012 Image

10 novembre 2011 Image

26 octobre 2011 Image

 

Le 29 Février 2012

Image

Le métro, les souliers rouges usés, la chaleur, le gaz, on avance, on avance, on recule pas.

Le tintement des casseroles, le doux son de la justice.

La planète est malade.

Elle a attrapé le capitalisme.